Baromètre de confiance politique – Décembre 2022

Enquête Toluna - Harris Interactive x Euros Agency pour LCI

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 20 au 22 décembre 2022. Échantillon de 1 016 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 28 décembre,

 

Tous les mois, Toluna – Harris Interactive / Euros Agency réalisent en partenariat avec LCI un baromètre de confiance politique.

 

Téléchargez le rapport complet

Téléchargez la note d’analyse complémentaire : De fin 2021 à fin 2022. Quelles évolutions des candidats à l’élection présidentielle.

 

Que retenir de cette étude ?

 

En France, on préfère souvent la défaite valeureuse à la victoire éclatante. On ne listera pas ici les exemples illustratifs de cette hypothèse. Mis à part la Coupe du monde remportée en 1998, peu d’évènements illustres ont été glorifiés. En football, on garde en France un souvenir ému des poteaux carrés de 1976 et de la défaite de Séville. Moins de la victoire en 1986 face au Brésil. Ce n’est pas toujours le cas, mais en l’espèce l’exécutif en profite. Tout l’exécutif ? Non. Si le président et la Première ministre progressent ou restent stables, les ministres voient dans l’ensemble la confiance à leur égard baisser.

En effet, en baisse depuis le mois de septembre, la confiance envers Emmanuel Macron reprend une trajectoire ascendante et progresse de deux points en cette fin d’année (46%). Très en vue dans le cadre de la finale de la Coupe du monde de football, le chef de l’Etat voit sa confiance croître chez les personnes interrogées quel que soit leur âge (+5 points chez les moins de 35 ans, les 50-64 ans ou encore les 65 ans et plus). Le Président de la République enregistre également une hausse marquée auprès des sympathisants de sa famille politique (93%, +6) mais également parmi ceux de l’opposition (LFI : 37%, +7 ; EELV : 52%, +6 ; LR : 53%, +2 ; RN : 27%, +3).

 

Elisabeth Borne recueille quant à elle la confiance de 42% des Français, soit un niveau identique à celle mesurée les deux derniers mois. Elle reste ainsi à son plus bas niveau depuis sa prise en poste à Matignon. Après des utilisations répétées de l’article 49.3 de la Constitution depuis le début de son exercice, la Première ministre connait une baisse de confiance auprès des sympathisants de l’opposition : -6 points auprès de ceux de LFI (25%), -7 auprès de ceux du PS (47%), -9 auprès de ceux d’EELV (44%) et -4 auprès de ceux des LR (56%). Elisabeth Borne enregistre toutefois une hausse auprès des sympathisants de la majorité (86%, +4).

 

Du côté du gouvernement, la tendance est plutôt négative, l’ensemble des ministres connaissant une baisse de leur niveau de confiance ce mois-ci. Bruno Le Maire (40%, =), Gabriel Attal (33%, -3) et Gérald Darmanin (33%, -1) sont les ministres jouissant de la confiance la plus élevée. Alors qu’il a quitté la présidence du département de l’Eure au début du mois, Sébastien Lecornu connait une baisse de 4 points de confiance (31%), soit la baisse la plus importante parmi les membres du gouvernement. Dans le contexte de grève au sein de la SNCF et après s’être exprimé au sujet du tarif du passe Navigo, Clément Beaune ne semble pas subir les effets de ces évènements de manière marquée, la confiance à son égard restant relativement stable (24%, -1).

 

Cette tendance à la baisse s’observe également parmi l’ensemble des personnalités politiques testées dans notre baromètre. A l’instar des mois précédents, Edouard Philippe (41%, -2) apparait comme la personnalité enregistrant le plus de confiance de la part des Français. L’ex-Premier ministre bénéficie toujours de la confiance de la grande majorité des sympathisants Ensemble, famille politique auprès de laquelle il apparait comme la personnalité politique la plus populaire (87%, +5).

Marine Le Pen se classe en deuxième position parmi les personnalités politiques auxquelles les Français font le plus confiance (35%, =) et est logiquement en tête des proches de sa famille politique (92%, +3).

 

Récemment élu à la tête des Républicains, Eric Ciotti n’enregistre pas d’évolution notable auprès de l’ensemble des Français (23%, +1). Le député des Alpes-Maritimes connait toutefois une progression importante auprès des sympathisants de sa famille politique (59%, +10) bien qu’il soit toujours devancé par Xavier Bertrand (70%), François Baroin (69%), Laurent Wauquiez (67%) et à égalité avec Valérie Pécresse (59%). Le finaliste malheureux, Bruno Retailleau, voit la confiance à son égard progresser également nettement chez les proches des LR (47%, +6).

 

Alors que des tensions sont publiquement apparues au sein de la France Insoumise suite à la nomination de Manuel Bompard à la tête de la formation politique, Jean-Luc Mélenchon concède 3 points ce mois-ci auprès de l’ensemble des Français (22%) et même 10 auprès des sympathisants LFI (75%). Si la confiance à l’égard de l’ex-candidat à l’élection présidentielle ne semblait pas trop être affectée par sa prise de position dans « l’affaire Adrien Quatennens », son attitude dans l’optique de la nomination de Manuel Bompard apparait comme davantage remise en cause. Clémentine Autain, identifiée comme critique à l’égard du mode de désignation de la nouvelle direction, gagne 3 points de confiance auprès des sympathisants LFI (42%). De son côté, Adrien Quatennens suscite la confiance de 28% des proches de la France Insoumise, en baisse de 7 points.

 

Aussi, alors même que le congrès du Parti socialiste se tiendra le mois prochain (ce que peu de Français savent), les deux personnalités de gauche enregistrant le plus de confiance sont… François Hollande et Bernard Cazeneuve (27%), ce qui traduit un phénomène observable auprès des sympathisants PS : Anne Hidalgo, qui ne se classe qu’à la 6ème position parmi les personnalités préférées des sympathisants PS (47%), n’est que la première personnalité rattachée au parti dans ce classement. Elle se retrouve ainsi devancée par François Hollande (62%), Yannick Jadot (60%), Arnaud Montebourg (51%) ou Bernard Cazeneuve (50%), soit des personnalités qui ont pris leur distance avec le PS ou qui n’y ont jamais été associées.

 

Enfin, décembre est toujours l’occasion des bilans. En un an, Emmanuel Macron a perdu 5 points de confiance et pratiquement tous les ministres présents il y a douze mois bénéficient d’une moindre confiance (hormis Sébastien Lecornu qui, structurellement, bénéficie de ses nouvelles missions). La présidentielle a eu quelques effets notables : Fabien Roussel a progressé de 11 points (passant de 14% de confiance à 25%) avec une plus forte notoriété en 2022 que fin 2021. Le RN n’est pas en reste que ce soit avec Jordan Bardella (29%, + 9 points et aujourd’hui cinquième personnalité hors gouvernement en qui la confiance est la plus nette) ou avec Marine Le Pen (35%, + 6 points et un niveau équivalent à celui connu en mars/avril de cette année). De son côté, Valérie Pécresse a perdu 13 points de confiance (19% ce mois-ci ; rappelons que l’enquête d’il y a douze mois a été réalisée après sa désignation à l’élection présidentielle par le congrès des LR).

 

Au final, comme pour l’équipe de France de football, ce ne sont pas nécessairement les vainqueurs qui bénéficient de la plus forte croissance de confiance : aucun responsable politique n’est cité positivement par plus d’un Français sur deux. Et le RN continue sa progression.

 

Téléchargez le rapport complet

 

Share

  • Baromètre de confiance politique
  • Euros Agency
  • gouvernement
  • LCI
  • ministres
  • politique
  • président