Baromètre de confiance politique – Avril 2022

Enquête Harris Interactive x Euros Agency pour LCI

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 26 au 28 avril 2022. Échantillon de 1 027 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 29 avril,

 

« Macron 2 » en même temps : pas d’état de grâce, pas de défiance nette

 

Télécharger le rapport complet

 

L’analyse de Jean-Daniel Lévy

 

Quelle confiance ont les Français ont dans leur « nouveau » Président de la République ? C’est l’une des premières questions que l’on se pose après l’élection.

 

49% des Français indiquent avoir confiance en Emmanuel Macron tout juste après sa réélection. Comment considérer ce chiffre ? En le comparant avec la confiance accordée à Emmanuel Macron il y a un mois : 51% des Français lui accordaient fin mars leur confiance.

 

Bien qu’il jouît toujours d’un niveau de confiance important chez les moins de 35 ans (57%), celui-ci baisse assez nettement auprès de cette catégorie de population (-8) mais progresse chez les plus âgés (50-64 ans : 45%, +3 ; 65 ans et plus : 52%, +2). Pour la première fois depuis un an, moins de la moitié des catégories aisées lui accordent leur confiance (47%, -4) alors que 51% des Français issus des classes populaires lui accordent la leur. On le voit, logique électorale et logique d’opinion ne se rejoignent pas totalement (Emmanuel Macron a bénéficié d’une majorité des voix des PCS+ et d’une minorité de celles des catégories populaires).

 

On ne parlait pas en 2017 « d’état de grâce ». Nous ne pouvons pas plus y référer cette année. Encore moins qu’il y a cinq ans. Juste après sa première, élection, 57% des Français accordaient leur confiance au Président nouvellement élu. A l’époque, Emmanuel Macron bénéficiait d’une confiance plus nette qu’aujourd’hui des personnes âgées de 35 ans et plus : en 2017, 58% lui accordaient leur confiance, 46% cette année (et même 66% contre 52% des personnes âgées de 65 ans et plus). Comme après son élection, la confiance est plus nettement exprimée de la part des plus jeunes comme des plus âgés et moins d’intermédiaires.

 

En cinq ans, le Président a perdu 10 points de confiance des PCS+ (47% en 2022) tout en restant au même niveau auprès des catégories populaires. La confiance assez étale géographiquement après sa première élection (avec une prime aux parisiens et habitants des communes environnantes) est aujourd’hui bien plus clivée. Le Président ne génère pas une confiance majoritaire dans les provinces et notamment dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants.

 

Dans le monde du travail – on sait qu’il s’agit des populations ayant été le plus rétives à voter pour le Président – la confiance est la plus faible, notamment dans le secteur public (54% en 2017, 45% en 2022). Comme on pouvait s’y attendre, politiquement, de fortes variations sont à remarquer : les 53% de proches d’une formation de gauche lui accordant confiance sont devenus 47%, les 64% des proches des LR, 55%.

 

On a entendu les propos de Jean-Luc Mélenchon indiquant qu’Emmanuel Macron avait été le Président le plus mal élu de la cinquième République. Il s’avère que 40% de ses électeurs accordent leur confiance au Président réélu. Et qu’il s’agit exactement de la même proportion qu’en 2017.

 

 

On le voit, la confiance a baissé nettement de la part des électeurs du /de la candidat(e) LR passant de 59% à 49% et également de la part des électeurs de Marine Le Pen 23% cette année (-9). En passant, on remarquera que les abstentionnistes n’expriment pas une acrimonie particulière à l’égard du locataire de l’Élysée et surtout pas plus importante cette année.

 

Enfin, rappelons que François Hollande bénéficiait de la confiance de 54% des Français, soit moins qu’Emmanuel Macron lors de sa première élection.

 

Alors qu’il a annoncé qu’il présenterait sa démission dans les prochains jours, Jean Castex voit la confiance à son égard suivre la même tendance que celle du Président ce mois-ci (42%, -2).

A l’aube d’un prochain remaniement, la confiance envers les ministres est assez hétérogène ce mois-ci, avec des évolutions comprises entre -3 et +5 points dans l’ensemble. Le « trio de tête » composé de Jean-Yves Le Drian (45%, +2), Roselyne Bachelot (42%, -1) et Bruno Le Maire (42%, +1) reste inchangé. Alors que certaines rumeurs feraient d’elle la prochaine locataire de Matignon, Elisabeth Borne voit son niveau de confiance croitre de 5 points ce mois-ci et s’établir à 34%.

 

Une fois n’est pas coutume, toutes les personnalités politiques testées enregistrent une progression ce mois-ci… à l’exception de Valérie Pécresse et d’Éric Zemmour. Auteurs de scores nettement en-deçà de leurs attentes lors du 1er tour de l’élection présidentielle, les deux ex-candidats confirment leur mauvaise passe : Éric Zemmour concède 2 points (21%) et Valérie Pécresse 7 (18%). Ils atteignent ainsi leur plus faible niveau de confiance depuis leur mesure dans ce baromètre. La Présidente de la région Ile-de-France perd même 10 points auprès des sympathisants LR (53%). Une baisse d’autant plus conséquente que Valérie Pécresse recueillait la confiance de 81% des sympathisants LR en janvier dernier.

 

 

Dans la dynamique opposée, Jean-Luc Mélenchon poursuit son ascension et gagne 7 points en avril (36%), faisant de lui pour la première fois la deuxième personnalité (exæquo) en qui les Français accordent le plus leur confiance. Alors qu’il a appelé les Français à « l’élire Premier Ministre », le leader de la France Insoumise demeure très nettement la personnalité la plus « appréciée » auprès de sa famille politique (86%). Il progresse également auprès des sympathisants de gauche : +11 points auprès des sympathisants PS (52%) et EELV (50%, soit la deuxième personnalité). Autre fait notable, sa confiance double auprès des sympathisants Ensemble Citoyens !, bien que celle-ci reste minoritaire (24%, +12).

 

Finaliste de la dernière présidentielle et candidate déclarée aux législatives, Marine Le Pen obtient ce mois-ci la confiance de 36% des Français (+2), soit un niveau qu’elle n’avait jusqu’à présent jamais atteint. C’est le troisième mois consécutif que l’ex-candidate à l’élection présidentielle bat son « record » de confiance. La candidate du Rassemblement National demeure la deuxième personnalité politique auprès de laquelle les Français font le plus confiance pour le troisième mois consécutif, à égalité avec Jean-Luc Mélenchon.

 

En grande difficulté dans le cadre de l’élection présidentielle, Anne Hidalgo voit ce mois-ci son niveau de confiance progresser mais n’obtient toujours la confiance que de 19% des Français (+2) ce mois-ci, soit un niveau qu’elle n’avait plus atteint depuis novembre dernier. Même au sein de sa formation politique, la Maire de Paris est concurrencée par d’autres personnalités de gauche comme Yannick Jadot (53%) ou Jean-Luc-Mélenchon (52%) contre 52% pour la candidate à l’élection présidentielle (-2).

 

Yannick Jadot, de son côté, obtient la confiance de 29% des Français (+3), soit son meilleur niveau depuis novembre 2021. Après son appel aux dons suite à son score inférieur à 5% des suffrages exprimés lors du 1er tour de l’élection présidentielle, la confiance auprès des sympathisants de sa formation politique, tout en restant élevée (il reste le premier), baisse fortement ce mois-ci (65%, -12). Toutefois, il progresse sensiblement auprès des sympathisants du PS (53%, +13) et nettement – bien que restant très minoritaire – chez les proches d’Ensemble Citoyens ! (38%, +16).

 

A l’instar des mois précédents, Edouard Philippe (46%, +4) reste la personnalité enregistrant le plus de confiance de la part des Français. L’ex-Premier Ministre bénéficie toujours de la confiance de la majorité des sympathisants Ensemble Citoyens !, famille politique auprès de laquelle il apparait comme la personnalité politique la plus populaire (80%, -1).

 

Enfin, relevons que Nicolas Sarkozy perd 17 points de confiance chez les sympathisants LR (53%) et devient la 6ème personnalité dans la hiérarchie auprès de cette population. On notera que les proches de LREM lui accordent sensiblement le même niveau de confiance (52% et même 4ème personnalité). Toujours chez les sympathisants LR, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez comme François Baroin bénéficient d’une confiance de près de 7 sympathisants sur 10. Avec, on le sait, des lignes politiques marquées.

 

A l’aube de ce nouveau quinquennat, la confiance dans le Président de la République est là. Emmanuel Macron ne peut estimer, pas plus qu’il y a cinq ans, qu’il bénéficierait d’une forme d’état de grâce… sans pour autant – en même temps – générer un front de défiance nette. L’on sait, surtout, que le prochain Premier Ministre teintera fortement ce nouveau mandat. On a vu à quel point la nomination d’Edouard Philippe avait joué un rôle sur la confiance dans le Président. Et que la confiance à l’égard du locataire de Matignon pouvait perdurer près de deux ans après son départ.

 

Télécharger rapport complet et la note de Jean-Daniel Lévy

 

Share

  • Baromètre de confiance dans l'exécutif
  • confiance politique
  • Euros Agency
  • gouvernement
  • LCI
  • ministres
  • Premier ministre
  • président