Baromètre de confiance dans les institutions – AVRIL 2021

Baromètre Harris Interactive, Euros / Agency Group & POLITICO

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 27 au 29 avril 2021. Échantillon de 1 041 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Tous les mois Harris Interactive interroge pour Euros Agency et Politico les Français sur un sujet d’actualité. Tous les mois, nous regarderons l’intensité de la préoccupation à l’égard d’un sujet dont il est question dans l’espace public ainsi que la confiance exprimée à l’égard des principales institutions pour y répondre.

 

Vague 4 – Le dérèglement climatique

Ce mois-ci nous nous intéressons au sujet du dérèglement climatique.

 

Télécharger le rapport

 

Que retenir de cette étude ?

 

Plus de 8 Français sur 10 déclarent que le dérèglement climatique constitue un sujet qui les « préoccupe » (83% dont plus d’un tiers de Français pour qui ce sujet les « préoccupe beaucoup »). Un niveau de préoccupation qui se trouve être particulièrement marqué chez les Français les plus jeunes. Les sympathisants EELV se montrent unanimement préoccupés par ce sujet (97%), ainsi que ceux du PS (92%) et de LREM (89%). A contrario les sympathisants du RN se montrent un peu moins préoccupés par ce sujet (72%).

 

Pour répondre à cet enjeu, les 3/4 des Français (76%) font confiance aux experts en la matière, à savoir les climatologues et scientifiques. Les Français font également majoritairement confiance aux associations et ONG (64%) ainsi qu’aux collectivités locales (62%).

 

Les Français se trouvent en revanche partagés quant à la confiance qu’ils partagent envers les autres citoyens pour agir contre le dérèglement climatique (55%), ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises (53%). Les institutions internationales comme l’ONU (49%) et l’Union européenne (43%) recueillent par ailleurs moins de la moitié de la confiance des Français. Alors que le projet de « loi climat » vient d’être voté par l’Assemblée Nationale, moins de 4 Français sur 10 (38%) déclarent avoir confiance envers l’Etat pour répondre à ces enjeux. Enfin, moins d’un tiers des Français déclarent avoir confiance dans les grandes entreprises (31%).

 

La confiance envers la science et notamment les climatologues traverse les clivages partisans, hormis pour les sympathisants RN (54% de confiance), seule institution recueillant une confiance majoritaire auprès de toutes les familles politiques. Car à l’inverse, si plus de 3/4 des sympathisants PS, EELV et LREM déclarent faire confiance aux associations et ONG et une proportion moindre envers les collectivités locales, ces deux institutions recueillent une confiance mitigée de la part des sympathisants LR et RN, voire LFI.

 

Les sympathisants LREM, et à certains égards ceux du PS déclarent, dans leur grande majorité, accorder leur confiance envers l’Etat (73%), l’Union européenne (70%) et l’ONU (60%). La confiance envers l’Etat se trouve en revanche particulièrement réduite de la part des sympathisants du RN (22%) et de LFI (15%), mais également ceux des LR (37%) et de EELV (31%).

 

Notons par ailleurs que si les sympathisants de gauche et de LREM déclarent un peu plus que la moyenne avoir confiance dans les citoyens pour répondre aux enjeux concernant le dérèglement climatique, cela reste toutefois peu élevé (58% pour les sympathisants de gauche, 62% pour les sympathisants LREM).

 

Notons également que les grandes entreprises recueillent une faible confiance de la part de tous les publics, qu’ils s’agissent des sympathisants LFI (15%), RN (24%), PS (29%) ou EELV (25%), et même des sympathisants LREM (46%) et LR (41%), pourtant plus aptes à faire confiance en ces grandes entreprises de manière générale.

 

On relève néanmoins quelques différences marquantes en termes d’âge. Les Français les plus jeunes déclarent notamment faire plus confiance que leurs aînés aux institutions non-étatiques ou supra-nationales comme les associations et ONG (67% contre 56%), l’ONU (63% contre 41% pour les plus de 65 ans) mais également l’UE (49% contre 43%).

 

Au final 9 Français sur 10 déclarent faire confiance en au moins une des institutions présentées pour répondre aux enjeux concernant le dérèglement climatique et 14% d’entre eux déclarent faire confiance à chacune des institutions testées. Une confiance plus marquée encore, de manière attendue, pour les sympathisants LREM (24%), et de manière moins habituelle, pour les catégories populaires (20%). A l’inverse, 1 Français sur 10 déclare n’avoir confiance en aucune des institutions présentées, une opinion partagée plus encore par les sympathisants LFI (15%) et RN (25%).

 

Alors que le dérèglement climatique constitue une préoccupation très importante pour les Français, force est de constater que peu d’institutions parviennent à recueillir une confiance majoritaire de leur part pour répondre à ces enjeux, les grandes entreprises, l’Etat mais également des institutions comme l’UE ou l’ONU étant particulièrement mises en doute.

 

Télécharger le rapport

 

Share