Afrique – France : quel nouveau contrat ?

Etude Harris Interactive pour l’émission « Place aux idées »

Paris, le 20 février 2015 – L’institut Montaigne et Tilder proposent un grand débat sur une question sociétale au sein de leur émission « Place aux idées », diffusée sur la chaine parlementaire (LCP-AN).
Dans l’optique de l’émission diffusée le 19 février, Harris Interactive a réalisé une enquête auprès d’un échantillon représentatif de Français afin d’identifier le regard qu’ils portent sur les relations entre la France et le continent africain : estiment-ils que le développement de cette région pourrait être bénéfique pour la France ? Qu’il entrainerait une baisse de l’immigration vers l’hexagone ? Et quel lien établissent-ils entre activité des entreprises françaises sur le territoire africain et interventions militaires dans certains de ces pays ?

En parallèle, dix ans après les violences urbaines de 2005 dans certaines banlieues, l’émission souhaite également interroger le regard des Français sur le chemin parcouru à ce sujet : considèrent-ils que la politique de la ville mise en place au cours des dernières années a amélioré de manière efficace la situation des villes de banlieue ?

Quels sont les principaux enseignements de cette enquête ?

  • Pour les Français, le développement du continent africain constituerait plutôt une opportunité (44%) qu’un risque (11%) pour la France. Ce constat plutôt positif est néanmoins à nuancer puisque 44% d’entre eux considèrent que cela aurait des conséquences mitigées (à la fois une opportunité et un risque).
  • Les Français s’accordent en revanche à hauteur de 81% pour dire que le développement économique de l’Afrique réduirait les flux migratoires entre ce continent et la France.
  • L’idée que les interventions militaires françaises dans certains pays africains pourraient nuire à l’activité des entreprises françaises sur le continent ne convainc pas les Français : seuls 20% estiment qu’il s’agit en effet d’un frein, contre 34% y voyant plutôt un atout et 45% ni un atout ni un frein.
  • Sur la question des banlieues, seuls 10% des Français considèrent que la politique de la ville mise en place au cours des dix dernières années a été efficace pour améliorer leur situation.

En savoir plus :

Share