Achats de produits d’occasion, reconditionnés : perception et pratiques des Européens

Enquête Harris Interactive pour Oney

Enquête Harris Interactive pour Oney, réalisée en ligne, du 3 au 10 juin 2022, auprès de trois échantillons, représentatifs de la population nationale âgée de 18 ans et plus en France, Espagne et Portugal. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de revenu et région d’habitation de l’interviewé(e).

 

Paris, le 22 juin 2022,

 

À la demande d’Oney Bank, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de la population nationale de trois pays européens : France, Espagne et Portugal, pour mieux appréhender leur manière de consommer, notamment en termes de consommation responsable et les valeurs qui comptent pour eux dans leur consommation. Cette étude s’intéresse plus particulièrement à la consommation des Français, des Espagnols et des Portugais en termes d’achats de seconde main, en produits d’occasion et reconditionnés.

Les Européens achètent-ils des produits de seconde main ? Favorisent-ils certaines catégories de produits et d’acteurs du marché ? Quels sont les ressorts de leur confiance ?

 

Télécharger le rapport

 

Que retenir de cette enquête ?

 

Une conscience des enjeux de la consommation responsable mais une recherche de profits personnels

  • D’une façon générale, les Européens déclarent faire attention à leur consommation, notamment en faisant attention à ne pas acheter des produits et services dont ils n’ont pas besoin (91%), en achetant des produits durables et en réduisant leur consommation au quotidien (87%). 86% des Européens affirment qu’ils font attention à l’impact de leur consommation sur l’environnement.
  • Plus précisément quand ils achètent un produit, les Européens se montrent attentifs à deux aspects principaux : éviter le gaspillage (56% au global, 58% auprès des Français, 54% auprès des Espagnols et 57% auprès des Portugais) et avoir un produit qui dure, qu’ils peuvent utiliser longtemps (47% au global, 49% auprès des Français, 46% auprès des Espagnols et 45% auprès des Portugais). Cité davantage par les Espagnols (47%) et les Portugais (55%) que par les Français (40%) l’amélioration de leur bien-être et de leur santé constitue un critère auquel ils sont attentifs dans l’achat d’un produit. Les dimensions propres à la défense de l’environnement apparaissent alors secondaires aux yeux des Européens. Ainsi quand ils achètent un produit, le fait de réduire l’empreinte carbone reste marginal, cité par 20% au moment de la conception du produit et 21% au moment de son utilisation.
  • La durabilité d’un produit est un critère jugé important par 90% des Européens, (91% auprès des Français, 85% auprès des Espagnols et 96% auprès des Portugais), avec près d’un tiers qui le considère même comme « très important ». Dans le détail, ce critère de la durabilité apparaît plus ou moins important selon le type de produits : il est perçu comme « très important » pour les appareils électroménagers et petits appareils domestiques (53%), les appareils électroniques, électriques, informatiques et de téléphonie (50%) et les meubles, la décoration d’intérieur (40%). Ils portent un regard plus nuancé sur l’importance de la durabilité pour les jouets et produits pour enfants et les produits de loisirs et de culture, et ne sont que respectivement 27% et 24% à considérer ce critère comme « très important ».

 

Le choix du reconditionné ou de l’occasion : un comportement ancré aujourd’hui auprès des Européens ?

  • De façon générale, 78% des Européens ont déjà acheté des produits d’occasion/reconditionnés dont 85% des Français, 73% des Espagnols et 78% des Portugais. Dans le détail, ce sont des achats de seconde main concentrés sur certaines catégories de produits : loisirs et culture (42% au global, 53% auprès des Français, 38% auprès des Espagnols et 37% auprès des Portugais), pour des meubles et décoration d’intérieur (42% au global, 47% auprès des Français, 39% auprès des Espagnols et 39% auprès des Portugais) ou encore pour des produits vestimentaires et des appareils électroniques, électriques, informatiques et de téléphonie (respectivement 38% au global, 42% auprès des Français, 35% auprès des Espagnols et 35% auprès des Portugais et 38% au global, 41% auprès des Français, 37% auprès des Espagnols et 36% auprès des Portugais). La pratique d’achat d’un produit reconditionné ou d’occasion apparait plus ancrée en France (85% ont acheté des produits d’occasion/reconditionnés dans au moins une catégorie) qu’auprès de ses voisins (73% en Espagne et 78% au Portugal).
  • Pour acquérir des biens de seconde main, les Européens privilégient les achats sur un site web permettant l’achat et la vente entre particuliers (47% au global, 53% auprès des Français, 46% auprès des Espagnols et 41% auprès des Portugais) ou sur une plateforme d’achats sur Internet (45% au global, 47% auprès des Français, 47% auprès des Espagnols et 40% auprès des Portugais). L’achat direct auprès d’un particulier arrive à la troisième place au niveau européen (44%) et s’impose même comme le canal d’achat principal au Portugal (47%).

 

Une confiance accordée aux produits de seconde main et aux acteurs déjà identifiés

  • A l’avenir, et plus précisément au cours des 12 prochains mois, près d’un Européen sur deux compte choisir des produits d’occasion/reconditionnés plutôt que des produits neufs(54% au global, 53% auprès des Français, 52% auprès des Espagnols et 57% auprès des Portugais) ; principalement pour l’achat de produits pour l’habitat (meubles et décoration d’intérieur ainsi que des produits de bricolage et de jardinage) et pour l’achat de produits de loisirs et de culture. A contrario, certaines catégories de produits apparaissent moins dans le radar des Européens pour des achats de seconde main, comme la joaillerie, les équipements sportifs (sauf au Portugal).
  • Parmi ceux qui ont acheté des produits d’occasion ou reconditionnés au cours des 12 derniers mois, plus de 6 sur 10 déclarent qu’ils en rachèteront dans l’année (63% au global, 54% auprès des Français, 66% auprès des Espagnols et 68% auprès des Portugais), notamment en ligne, que ce soit à travers un site web permettant l’achat et la vente entre particuliers (41% au global, 38% auprès des Français, 41% auprès des Espagnols et 45% auprès des Portugais) ou une plateforme d’achats (41% au global, 34% auprès des Français, 45% auprès des Espagnols et 45% auprès des Portugais).
  • A l’avenir, les achats de seconde main s’orienteraient davantage vers des commerces physiques déjà connus par les consommateurs : une enseigne appartenant à une grande marque et dans un centre commercial (75% au global, 82% auprès des Français, 73% auprès des Espagnols et 70% auprès des Portugais) ou des grands magasins (75% au global, 80% auprès des Français et 72% auprès des Espagnols et des Portugais), devant les enseignes web (68% pour les sites web d’un magasin sous enseigne et 62% de confiance pour les plateformes d’achats sur Internet). Dans ce cas précis, l’achat direct auprès d’un particulier (largement privilégié par les acheteurs actuels) serait moins plébiscité, garant aux yeux du grand public de moins de garanties que ce que peuvent offrir à leurs yeux des marques ayant déjà une forte notoriété.

 

Les raisons du choix d’un produit reconditionné ou d’occasion : le critère du prix et l’adoption d’un comportement responsable

  • Les consommateurs de produits de seconde main motivent leur choix en premier lieu au regard du rapport qualité/prix.
    L’état du produit proposé est également déterminant dans le choix du lieu d’achat (31% au global, 27% auprès des Français, 35% auprès des Espagnols et 33% auprès des Portugais), ainsi que le prix (31% au global, 27% auprès des Français, 35% auprès des Espagnols et 33% auprès des Portugais).
    Parmi les critères les plus importants pour avoir fait le choix de l’occasion/reconditionné, on retrouve dans un premier temps l’importance de payer moins cher le produit (90% au global, 89% auprès des Français, 87% auprès des Espagnols et 93% auprès des Portugais), de disposer d’un produit résistant, à l’épreuve du temps (87% au global, 89% auprès des Français, 84% auprès des Espagnols et 87% auprès des Portugais) et enfin le fait d’accomplir un choix vertueux et responsable (85% au global, 86% auprès des Français, 83% auprès des Espagnols et 87% auprès des Portugais).
  • A l’inverse, des prix pratiqués qui sont trop proches du neuf (50% au global, 56% auprès des Français, 48% auprès des Espagnols et 46% auprès des Portugais), le manque de confiance que ce soit concernant la durée de vie du produit (46% au global, 49% auprès des Français, 46% auprès des Espagnols et 43% auprès des Portugais) ou même la qualité générale du produit (44% au global, 49% auprès des Français, 45% auprès des Espagnols et 37% auprès des Portugais) constituent les principales raisons qui feraient renoncer ceux qui ont acheté des produits d’occasion/reconditionnés à en acheter de nouveau.
  • Le choix d’un produit de seconde main apparaît ainsi avant tout motivé par des considérations économiques personnelles, en cherchant la bonne affaire c’est-à-dire rechercher un produit moins cher qui va durer dans le temps. De la même façon le choix d’un canal d’achat qui proposerait la meilleure garantie (notamment en Espagne et au Portugal) apparaît comme un critère de choix pour 28% des Européens. Les considérations environnementales ou de consommation responsable constituent des motivations d’achat qui semblent agir de façon complémentaire mais pas prioritaire s’agissant du choix d’un produit d’occasion ou reconditionné.

 

Le paiement fractionné dans le choix de produits d’occasion/reconditionnés

  • Interrogés sur la possibilité d’utiliser le mode de paiement en plusieurs fois, 76% de ceux qui ont acheté des produits d’occasion/reconditionnés estiment que cela les encouragerait à en acheter davantage pour l’avenir, un encouragement qui semble néanmoins de principe, puisque seuls 18% déclarent que le paiement fractionné les encouragerait « beaucoup plus » à acheter des produits d’occasion/reconditionnés.

 

Banque et organisme de crédit : dans l’attente d’un accompagnement des clients vers une consommation plus responsable

  • Enfin, pour accompagner les clients vers une consommation plus responsable, la moitié des Européens jugent important qu’une banque ou un organisme de crédit propose un service afin d’aider en premier lieu les consommateurs à choisir les produits les plus responsables (54% au global, 53% auprès des Français, 50% auprès des Espagnols et 58% auprès des Portugais), les aider à choisir les lieux de vente les plus responsables (48% au global, 47% auprès des Français, 46% auprès des Espagnols et 50% auprès des Portugais). Plus précisément, ils expriment un accompagnement qui serait avant tout lié à une politique d’incitation (48% au global) et de financement (40%).

 

Télécharger le rapport

Share

  • Espagne
  • France
  • occasion
  • oney
  • Portugal
  • reconditionnés