A l’occasion de la journée mondiale Alzheimer, quelles connaissances ont les Français sur cette maladie et que pensent-ils de sa prise en charge ?

La journée mondiale de la maladie d’Alzheimer aura lieu le 21 septembre prochain.
Quelles connaissances les Français ont-ils sur cette maladie et que pensent-ils de sa prise en charge ?Dimanche 21 septembre se déroulera la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. Cette journée est l’occasion d’une mobilisation internationale pour améliorer la vie des personnes malades et de leurs aidants.

A l’occasion de cette journée, Harris Interactive a souhaité savoir quel est le niveau de connaissance et d’information des Français sur cette maladie, sur sa prise en charge et sur le plan quinquennal de lutte contre la maladie d’Alzheimer mis en place par le gouvernement.

Le premier enseignement de cette enquête est la forte notoriété de la maladie d’Alzheimer : 99% des personnes interrogées ont déclaré connaître cette maladie ne serait-ce que de nom. Mieux, 49% pourraient décrire vaguement ce que c’est et 44% pourraient le faire de façon précise. Ils sont même 51% à le dire parmi les plus de 50 ans.

 

Alzheimer_table1

 

Cette bonne connaissance de la maladie se confirme lorsque l’on demande aux personnes interrogées de préciser à quoi la maladie d’Alzheimer correspond. Ainsi, pour 79% des personnes interrogées c’est une maladie du cerveau, à évolution lente (65%) et difficile à diagnostiquer (33%), particulièrement pour les 15-24 ans (45%).

Quasi systématiquement (96%), la maladie d’Alzheimer est associée à des troubles de la mémoire et à un patient qui se coupe peu à peu de son entourage (73%) et ne peut pas s’exprimer correctement (32%). Une bonne connaissance de la maladie qui est troublée par le fait que 59% des personnes interrogées pensent que le patient ne se rend pas compte de son état.

Alzheimer_table2

 

Cette connaissance est probablement à relier au nombre de patients atteints par la maladie d’Alzheimer en France : 1 million. De nombreuses personnes ont donc dans leur entourage quelqu’un qui en souffre. D’après cette enquête, 36% des Français auraient un membre de leur famille, de leurs amis ou de leur entourage atteint par cette maladie. Et c’est sans compter les cas où le diagnostic n’est connu que de l’entourage proche.

Si cette maladie est fréquemment rencontrée, elle ne semble cependant pas effrayer. Ainsi, au cours de cette enquête seulement 18% des personnes interrogées ont déclaré avoir peur de cette maladie. Une majorité de répondant a déclaré « ne pas y penser » (32%) et 27% des répondants la considèrent « comme l’une des nombreuses maladies qu’il est possible de développer ». A noter que chez les plus de 50 ans, l’attention sur certains symptômes est peut être plus accentuée puisque 23% des personnes interrogées déclarent s’inquiéter parfois lorsqu’elles oublient un mot/un lieu/un nom mais cela ne dure pas (vs 14% sur l’échantillon total).

Pour une grande majorité des Français, la plus grande difficulté rencontrée par les familles de patients atteints de la maladie d’Alzheimer est de vivre au quotidien avec le patient (53%), la seconde difficulté majeure étant de trouver une maison médicale susceptible d’accueillir le patient (26%)

Si l’on s’intéresse à la prise en charge de cette pathologie, 48% des personnes interrogées estiment que la prise en charge de la maladie d’Alzheimer est largement insuffisante et nécessite d’être totalement revue ; cette proportion est significativement plus importante chez les 50 ans et plus : 58% d’entre eux estiment qu’il faut tout revoir.

 

Alzheimer_table3

 

Le bilan est moins négatif en ce qui concerne les médicaments : l’évaluation est plutôt positive, avec 38% des personnes interrogées qui déclarent que les médicaments actuels permettent de ralentir la progression de la maladie. Cependant, pour 31% des répondants, les médicaments ne sont pas tout : il faut aussi faire des exercices pour stimuler son cerveau.

En ce qui concerne le plan quinquennal de lutte contre la maladie d’Alzheimer mis en place par le gouvernement, 85% des personnes interrogées s’accordent à dire que ce plan sera extrêmement utile aux patients et à leurs familles même si, pour 74% d’ente eux, 5 années d’investissements ne seront pas suffisantes pour améliorer la condition des patients Alzheimer.
Cependant les bonnes intentions ne suffisent pas : 86% des personnes interrogées s’accordent à dire que ce plan a été annoncé mais qu’on n’en entend plus parler (tout à fait et plutôt d’accord) et qu’aucune information n’a été diffusée à ce jour sur sa réalisation (87%).
Pour 94% des répondants un bilan annuel des actions réalisées serait utile (tout à fait et plutôt d’accord).

Enfin, pour 59% des personnes interrogées, ce plan quinquennal n’est pas mis en place au détriment d’autres malades tout aussi graves telles que le cancer.

 

* * * * * * * * * *

Méthodologie
Ce sondage a été réalisé en ligne par Harris Interactive du 10 au 17 septembre 2008, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus. Les répondants ont été sélectionnés au sein de l’access panel d’Harris Interactive et gérés par quotas et redressements sur les critères de sexe, d’âge, de région et de catégorie socioprofessionnelle.

 

Merci de noter que toute diffusion de ces résultats doit être accompagnée d’éléments techniques tels que : la méthode d’enquête, les dates de réalisation, le nom de l’institut, la taille de l’échantillon.

En savoir plus :

Le communiqué de presse

 

Share

  • Alzheimer
  • français