Quel accueil pour les innovations en matière de paiement ?

EMILIE BACHER - RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL CHEZ HARRIS INTERACTIVE

Avec l’avènement des nouvelles technologies et du e-commerce, devenus partie intégrante du quotidien des consommateurs, de nouveaux moyens de paiement sont apparus. Dématérialisés ou simplement « facilités », comme le paiement sans contact qui se démocratise, une multitude de nouvelles options s’offrent désormais à nous en termes d’usages de paiement.

La dématérialisation totale du paiement n’est cependant pas imminente. Si l’utilisation des chèques est, ces dernières années, en déclin continu, les espèces continuent à être utilisées de manière très régulière, tout comme la CB. On observe cependant une tendance au ralentissement de leur utilisation, alors que l’utilisation de la CB, et d’autres moyens de paiement comme le prélèvement ou le virement, progressent visiblement. Si l’abandon progressif des espèces semble de plus en plus envisageable – 45% des Français voient les espèces disparaître d’ici 20 ans – celui-ci ne s’opèrera pas à court terme.

Afin d’analyser l’appétence pour les nouveaux moyens de paiement et les éventuelles nouvelles habitudes de paiement qui en découlent, Harris Interactive a réalisé une étude autour des 10 nouveaux moyens de paiement suivant :

    • La carte bancaire sans contact ;
    • Le paiement sans contact ;
    • Les services de paiement en ligne ;
    • La carte prépayée rechargeable ;
    • Le paiement par SMS ;
    • Le paiement par QR Code ;
    • Le paiement à distance ;
    • La carte titre restaurant ;
    • Les monnaies virtuelles ;
    • Les monnaies locales.

Evidemment, parmi ces 10 « nouveaux » moyens de paiement, les fréquences d’utilisation, voire même la connaissance ou la compréhension relatives à leurs usages, diffèrent significativement.

La carte bancaire sans contact et le paiement en ligne sont les deux modes les mieux implantés.

Le recours au paiement par Smartphone, qu’il soit « sans contact » ou « à distance », est encore peu répandu, mais en hausse si on le compare à 2017. Malgré une faible utilisation actuelle, et des intentions d’utilisation modestes, les Français anticipent leur généralisation, notamment pour les achats du quotidien à faible montant.

D’autre part, on sent une grande réticence des Français à effectuer leurs paiements via des objets connectés : 40% d’entre eux déclarent ne pas du tout être prêts à le faire (75% ne sont globalement pas prêts à le faire).

Pour répondre à ces interrogations, des propositions d’authentifications biométriques commencent à faire surface. L’authentification des paiements par empreinte corporelle (doigt, œil, visage) est la solution jugée la plus sécurisante et la moins falsifiable quel que soit l’achat, mais c’est le code / mot de passe qui reste, par un effet d’inertie, la solution préférée et jugée la plus pratique au quotidien. En comparaison, la simple signature ne rassure plus, ce qui explique en partie le déclin du recours au chèque.

Pour finir, il est intéressant de constater l’émergence de 5 profils types d’utilisateurs de ces nouveaux moyens de paiements :

– Le pionnier ;

– Le technophile ;

– Le e-shopper prudent ;

– Le spectateur ;

– Le réfractaire ;

En résumé, une toute petite majorité de Français (51% en tout) se retrouvent dans les profils pionnier et technophile, et montrent une attitude ouverte envers les nouveaux moyens de paiement.

Le rapport complet de notre étude détaille ces grands enseignements, évalue l’accueil de ces 10 nouveaux moyens de paiement (intentions d’utilisation, perspectives d’évolution, types d’achats envisagés), et présente des résultats par profils. Il intègre aussi une synthèse via une analyse typologique construite à partir des caractéristiques démographiques et des comportements vis-à-vis des nouvelles technologies et des services bancaires.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre étude, n’hésitez pas à contacter Emilie Bacher : ebacher@harrisinteractive.fr

Share

  • carte bancaire
  • innovations
  • paiement
  • sans contact