Bio / Naturel : une différentiation complexe

Le Bio, la Naturalité et les Cosmétiques

Laurence Wittner

Cet article se repose sur l’enquête Harris Interactive sur le bio et la naturalité en hygiène beauté et réalisée en ligne en décembre 2017 auprès de 1 000 personnes (hommes et femmes de 15 ans et plus, même si l’analyse a été axée en priorité sur les femmes) représentatives de la population française. En partenariat avec L’Observatoire des Cosmétiques. Retrouvez le rapport complet de cette enquête en téléchargement.

 

naturalitéUne majorité de Françaises perçoit une différence entre le bio et le naturel… mais au fil du temps, la compréhension de l’offre s’est complexifiée.
Elles ne sont ainsi plus que 56 % à estimer qu’il y a une différence (vs 67 % en 2011), et 67 % (vs 43 % en 2011) trouvent qu’il n’est pas facile de comprendre et de se repérer dans l’offre actuelle de  cosmétiques bio et naturels. La multiplication des marques qui ont adopté les codes du naturel (et les codes parfois même plus que les formules) ainsi que leur présence massive dans les linéaires a-t-elle fini par brouiller les messages ?

Quelques amalgames et idées fausses
Il semble effectivement que ces concepts ne sont pas si clairement définis dans la tête des consommatrices. Si 76 % d’entre elles associent le bio à une certification ou un label, elles sont encore plus de 50 % à penser qu’un produit labelisé CosmeBio contient 100 % d’ingrédients bio.
Et 63 % pensent que le naturel est défini par un pourcentage minimum d’ingrédients naturels… qui est davantage un critère des référentiels des cosmétiques bio.
42 % pensent aussi qu’un produit naturel est hypoallergénique et 40 % qu’il convient aux peaux sensibles… un postulat qui ne repose sur rien de concret, surtout si on considère qu’un produit naturel est plus susceptible qu’un conventionnel de contenir des huiles essentielles porteuses de molécules aromatiques allergènes.
Enfin, l’absence de tests sur animaux est attribué autant au bio qu’au naturel… mais toujours pas forcément au conventionnel ! Alors que l’interdiction des expérimentations animales est valable pour tous les cosmétiques.

photo-1475906089153-644d9452ce87

Et quelques repères
Clairement, les consommatrices ont besoin d’un accompagnement pour, disent-elles elles-mêmes dans leurs verbatims, « différencier le vrai du faux », éviter un « pseudo bio marketing » et éviter les confusions.
La liste des ingrédients est un point de repère pour différencier un produit bio d’un produit naturel pour 59 % d’entre elles (surtout chez les seniors), 53 % s’en remettent aux labels (surtout la génération Z) et 52 % aux mentions sur l’emballage… dont on sait à quel point elles peuvent être, sinon trompeuses, au moins mal comprises !

Quant aux labels, seuls deux sont vraiment connus, Cosmébio par 47 %, Ecocert par 30 %. Tous les autres restent confidentiels (Nature : 13 %, Nature & Progrès : 11 %, BDIH : 10 %, Cosmos-Standard : 3 %…). La question restant de savoir s’ils sont plus reconnus que connus, et si les détails de leurs référentiels sont maîtrisés…

 

Laurence Wittner, L’Observatoire des Cosmétiques

 

Lire la suite de l’article « Cosmétiques naturels et bio : perceptions et attentes des consommateurs » sur L’Observatoire des Cosmétiques.

 

L’auteur de l’article : Laurence Wittner

Laurence WittnerLaurence Wittner est diplômée de L’École Supérieure de Journalisme de Lille.
Après 15 ans de télévision (France 3, LCI, Public Sénat, France Ô), elle est devenue journaliste indépendante et s’est spécialisée dans le secteur des cosmétiques.
Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème, et notamment de la série des « Meilleurs Cosmétiques », dont les classements sont basés sur les évaluations d’un jury d’experts professionnels.
En 2008, elle a fondé L’Observatoire des Cosmétiques (www.cosmeticobs.com), un portail d’informations indépendant sur le monde de la cosmétique, son actualité, ses produits et les ingrédients qui les composent. Des informations réglementaires, des veilles concurrentielles, des dossiers techniques, une rubrique « Tendances » et des comptes-rendus des principaux congrès cosmétiques sont également proposés aux acteurs de l’industrie.
L’Observatoire des Cosmétiques publie également des ebooks à destination du grand public et des professionnels.

 

Retrouvez notre rapport complet « Le bio, la naturalité et les cosmétiques » issue de notre enquête réalisée en décembre 2017 en partenariat avec L’Observatoire des Cosmétiques.

btn-rapport
Présentation Harris Café

Share

  • bio
  • cosmétique
  • étude
  • l'observatoire des cosmétiques
  • label
  • naturalité
  • santé