Jean-Luc Mélenchon ou l’ode à la pugnacité

Chaque semaine Harris Interactive interroge un échantillon de plus de 2000 Français. En leur posant une question simple et tout à fait ouverte : « Qu’avez-vous retenu de la campagne présidentielle cette semaine ? ». Sans rien suggérer. Sans rien proposer. En laissant les personnes que nous interrogeons libres de nous dire et ce qu’elles ont entendu de la campagne présidentielle et ce qu’elles en ont retenu. Vu que l’on peut considérer qu’une élection se gagne déjà par une « hégémonie idéologique et culturelle » (pour paraphraser Gramsci), regardons la manière dont les électeurs parlent de la campagne.

Pour dégager l’essentiel de cette matière riche et spontanée, les réponses sont analysées par Proxem (https://www.proxem.com), pionnier de l’analyse sémantique de données textuelles. Chaque semaine, Proxem y détecte les personnalités et mouvements politiques, les thématiques et événements majeurs, de manière à pouvoir en mesurer la fréquence. Semaine après semaine se dégagent ainsi les grandes tendances de la campagne et les événements singuliers qui ont marqué l’actualité.

Chaque semaine, nous délivrerons ce qui nous a marqué.

 

melenchon-proxem-harris-1 melenchon-proxem-harris-2

 

 

Pour la première fois depuis un mois François Fillon n’est pas la personnalité la plus citée cette semaine. Emmanuel Macron le dépasse de deux points (17%). Toutefois, le candidat issu de la primaire de la Droite et du Centre demeure la deuxième personnalité la plus citée (15%). Jean-Luc Mélenchon poursuit sa percée avec 5 points de plus que la semaine précédente (13%). Benoît Hamon et Marine Le Pen sont tous les deux mentionnés à 8%.

La conviction et la pugnacité reconnues de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon est mentionné spontanément par 13% des personnes interrogées, principalement par ses proches (26% déclarant voter pour lui). Le candidat est également cité par ceux indiquant voter Emmanuel Macron à 20%, François Fillon à 16% et, notons-le, à 8% chez ceux souhaitant voter pour Marine Le Pen en 2017.

 

melenchon-proxem-harris-3

Le candidat comme personnalité est majoritairement bien perçu par les personnes interrogées. Tout d’abord pour ses qualités de « tribun » :

« Prestance », « Excellent orateur » (personnes déclarant voter François Fillon), « Il a un vrai talent pour capter l’attention des foules. » (personne indiquant voter Marine Le Pen).

Bien que, dans les verbatim une certaine admiration peut être perçue, un « ego surdimensionné » est aussi attribué au candidat. Au-delà, de la personnalité ses idées sont également commentées positivement :

« Pugnacité de Mélenchon ; fidélité à ses idées », « Ses idées sont bonnes dans l’ensemble, un peu radicales pour certaines d’entre elles (l’Europe par exemple). » (Personnes déclarant voter Emmanuel Macron), « Il relève le niveau. Humaniste, universaliste et sage. Il a fait preuve encore une fois d’une extraordinaire pédagogie et exprime clairement son projet pour la France. » (Personne indiquant voter Jean-Luc Mélenchon)

 

Plus particulièrement, sa remontée dans les sondages est largement commentée par les personnes interrogées et est jugée plutôt positivement pour le candidat :

« Jean-Luc Mélenchon monte dans les sondages. Il représente dorénavant la gauche française. », « Mérité », « Bonne campagne » (personnes déclarant voter Emmanuel Macron), « La chute de Hamon en faveur de Mélenchon ; Mélenchon représente beaucoup mieux les valeurs de la Gauche. » (personne exprimant voter François Fillon), « Il le mérite » (personne formulant l’intention de voter Marine Le Pen).

Les personnes indiquant voter pour Jean-Luc Mélenchon perçoivent très positivement la tendance de leur candidat dans les sondages : « Espoir », « Bonne nouvelle ».

 

Cette remontée dans les sondages est à mettre en parallèle avec la baisse des intentions de vote exprimées en faveur de Benoît Hamon. Jean-Luc Mélenchon est mentionné par les Français déclarant voter en faveur de Benoît Hamon (18%) et, à 17%, par des sympathisants du PS. Ces deux candidats sont très souvent comparés, et notamment à propos de leurs dynamiques respectives dans les sondages qui placent désormais Jean-Luc Mélenchon devant Benoît Hamon.

Les personnes déclarant voter pour Benoît Hamon expriment leur « Surprise » de cette tendance :

            « Inattendu », « La surprise de ces élections ? », « Etonnant »

Cependant, ce changement de tendance n’est pas jugé de manière négative chez les électeurs de Benoît Hamon et chez les sympathisants PS.

« Mélenchon assez nettement devant Hamon dans les sondages. Il a plus de conviction, de ténacité, Hamon manque de charisme, et ne réussit pas à rassembler. », « Mélenchon progresse, Hamon chute ; Dommage, mais Mélenchon fera bien sûr un meilleur Président que Le Pen, Fillon ou Macron. »

Certains sympathisants du PS expriment une hésitation et un potentiel choix vers Jean-Luc Mélenchon : « Peut-être, peut-être que je pourrais changer d’avis, on ne sait jamais », « Hésite ».

Toutefois, les personnes indiquant vouloir voter pour Benoît Hamon déplorent la séparation entre les deux candidats :

« Mélenchon devrait s’associer avec Hamon. »

Le non-rassemblement de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon est également commenté par les personnes déclarant voter pour les autres candidats :

« Hamon qui s’entête ; il devrait se retirer pour Mélenchon pour aider la gauche à être au second tour. », « Mélenchon pompe Hamon. », « Cela ne m’a pas étonné, les deux candidats ont le même programme (il y en a un de trop !). Or Mélenchon a beaucoup de charisme et une forte personnalité alors que Hamon me semble être inconsistant, sans aucun charisme… », « Pas besoin qu’ils s’unissent… L’unité se fait sans eux sur Mélenchon. » (personnes indiquant voter pour Emmanuel Macon)

 

Benoît Hamon apprécié sur le fond par ceux le repérant, critiqué sur la forme

Tout comme la semaine précédente Benoît Hamon est très peu commenté (seulement 8%). Il est principalement mentionné par ceux qui expriment avoir l’intention de voter pour lui (21%), ou par les sympathisants PS à 14%. Chez ces derniers la tonalité des verbatim est plutôt positive, notamment pour quelques mesures citées :

« Hamon qui demande le salaire à ses électeurs ; veut se rapprocher du peuple », « Hamon pour l’aide aux handicapés ».

 

melenchon-proxem-harris-4

 

Cependant, Benoît Hamon est principalement perçu négativement, concernant le dépassement par Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, ou encore le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Ainsi, il est très majoritairement cité en lien avec d’autres personnalités, même chez les personnes souhaitant voter pour lui :

« Hamon : déconfiture ; Ne fait pas le poids », « La proposition de ralliement de Hamon après avoir été lâché par Valls ; Assez pitoyable, ça me laisse définitivement amer sur ce qu’est devenu le PS. Il n’a plus la tête sur les épaules le jeunot. »   (Personnes disant voter pour Mélenchon). « Hamon est complètement « écrasé » par Mélenchon, servi par sa personnalité … » (personne déclarant voter Fillon)

Les personnes déclarant voter pour François Fillon se moquent de l’appel au ralliement de Benoît Hamon avec Mélenchon :

« Plaisanterie », « Mélenchon ne se ralliera pas à Hamon. Il a raison pas les mêmes programmes. »

Les ralliements à Emmanuel Macron signe d’une dynamique positive

 

melenchon-proxem-harris-5

Emmanuel Macron est le candidat le plus cité cette semaine à 17%, dont à 29% par des personnes indiquant voter pour lui, à 23% pour Benoît Hamon, 13% pour Marine Le Pen, et enfin à 12% pour Jean-Luc Mélenchon. Ce sont les personnes déclarant voter pour François Fillon qui en font le plus mention (33%). Les ralliements à la candidature d’Emmanuel Macron lui sont le plus associés. Ces soutiens sont perçus positivement par les personnes exprimant voter pour Emmanuel Macron, et ne nuisent pas au candidat :

« Logique et compréhensif », « Normal », « Bienvenue dans le chaudron magique d’Emmanuel Macron, j’espère que la soupe sera bonne. », « Il essaie de rassembler face au FN c’est bien et humain. », « Le traître n’est pas Valls mais c’est Hamon et ses frondeurs. », « Macron a rencontré Estrosi, « trahison » crient Fillon et sa bande, c’est un acte républicain que la droite supporte mal. », « Le traître n’est pas Valls mais c’est Hamon et ses frondeurs ».

Au contraire, les personnes déclarant voter pour les autres candidats perçoivent négativement ces ralliements. Celui de Manuel Valls a beaucoup été commenté, notamment par les personnes déclarant voter Benoît Hamon : « Aucune parole ! personnage calculateur, ambitieux, pitoyable ! ». De manière générale ce ralliement a été mal perçu :

« Traitre à son parti alors qu’il avait signé la charte Valls baisse dans mon estime », « Le ralliement de Valls à Macron ; Honte au PS, mais gros espoir de rejet de Macron par une partie importante des électeurs » (personnes exprimant voter pour François Fillon), « Un traître menteur et il a été notre Premier ministre » (personne indiquant voter pour Marine Le Pen).

Enfin, notons que la rencontre entre Emmanuel Macron et Christian Estrosi a été jugé par les personnes souhaitant voter pour François Fillon comme : « Pas rassurant », « Pas cool », « Mal venu en pleine campagne. Estrosi aurait dû décliner l’offre, quel opportuniste celui-là ! »

 

Retrouvez l’analyse sur http://compol2017.com/

 

Share

  • Benoît Hamon
  • Emmanuel Macron
  • En Marche
  • France insoumise
  • François Fillon
  • Front National
  • Jean-Luc Mélenchon
  • Les Républicains
  • Marine Le Pen
  • Parti socialiste
  • Proxem