Et François Fillon parvient à faire reprendre ses arguments par une majorité de proches des Républicains

Chaque semaine Harris Interactive interroge un échantillon de plus de 2000 Français. En leur posant une question simple et tout à fait ouverte : « Qu’avez-vous retenu de la campagne présidentielle cette semaine ? ». Sans rien suggérer. Sans rien proposer. En laissant les personnes que nous interrogeons libres de nous dire et ce qu’elles ont entendu de la campagne présidentielle et ce qu’elles en ont retenu. Vu que l’on peut considérer qu’une élection se gagne déjà par une « hégémonie idéologique et culturelle » (pour paraphraser Gramsci), regardons la manière dont les électeurs parlent de la campagne.

Pour dégager l’essentiel de cette matière riche et spontanée, les réponses sont analysées par Proxem (https://www.proxem.com), pionnier de l’analyse sémantique de données textuelles. Chaque semaine, Proxem y détecte les personnalités et mouvements politiques, les thématiques et événements majeurs, de manière à pouvoir en mesurer la fréquence. Semaine après semaine se dégagent ainsi les grandes tendances de la campagne et les événements singuliers qui ont marqué l’actualité.

Chaque semaine, nous délivrerons ce qui nous a marqué.

 

proxem-fillon-harris-interactive-1

proxem-fillon-harris-interactive-2

François Fillon est, de nouveau, le candidat le plus cité cette semaine avec un nouveau niveau record de près de 41% cette semaine (contre 36% au plus haut du « Penelopegate » et 34% lors de la primaire).

Ce ne sont pas toujours les plus proches du candidat qui le mentionnent : 73% des sympathisants d’En Marche en ont parlé tout comme 57% de ceux du PS, 56% de LR et, enfin, 42% du FN.

 

On peut observer que François Fillon ne voit pas les intentions de vote en sa faveur réduire. Et que le socle électoral des proches des Républicains ne s’affaiblit pas.

 

L’affaire François Fillon selon les proches des Républicains : d’un doute quant à sa probité à la perception d’un acharnement médiatique

 

Alors même que François Fillon a annoncé sa probable mise en examen et qu’il est parvenu à faire entendre qu’il ne renoncerait pas, sa base électorale suit le raisonnement du candidat. Ils expriment un sentiment d’agacement, de « ras-le-bol », de répétition et surtout une forte critique des médias.

« Fillon et Pénélope ; ça devient lourd d’entendre sans arrêt cette histoire sur les chaines de TV. On doit passer à autre chose et écouter le programme de chacun maintenant. »

« L’affaire Fillon ; Affaire montée par les médias pour nuire à la candidature de la droite au profit de Macron, lynchage médiatique d’où l’interrogation pourquoi cette affaire sort-elle justement maintenant »

« L’affaire Fillon encore et toujours ; L’insistance des médias à l’encontre de Fillon »

« La chasse anti Fillon continue dans les médias. ; Profond dégoût »

« Le harcèlement médiatique contre F. Fillon ; C’est hallucinant que les journalistes et la justice se déchaînent contre Fillon à partir d’un article d’un fameux palmipède qui depuis 5 semaines produit des articles fallacieux relayé par tous les « journalistes » à la botte de Hollande. Pourquoi ne sort-on rien sur la gauche alors qu’ils ont aussi des casseroles mais ça personne n’en parle exemple Denis Baupin affaire classée sans suite pour prescription, Cahuzac où en est sa mise en examen ? Ségolène Royal qui a endetté sa région Poitou-Charentes ? Macron avec quel argent fait-il s’agit campagne et comment paye t’il ses collaborateurs ? »

« Fillon ne veut pas se retirer de la course à la présidence ; Il est tenace »

« Francois Fillon ; Maintient de ma confiance en son programme »

 


Le « bravo » au Trocadéro

 

Parler de Fillon cette semaine revient aussi à évoquer le rassemblement de ce dimanche au Trocadéro. Les sympathisants LR relatent, globalement, le succès de la « manifestation » et du discours de François Fillon. S’en dégage l’impression d’un homme fort qui résiste à la tempête. Renforce l’idée qu’il avait raison et qu’il est soutenu. On relève même des remerciements et des « bravo » parmi les électeurs.

« Fillon au Trocadéro ; vu le nombre de participants Fillon avait raison »

« Le retour de Fillon au Trocadéro ; rassurant »

« Rassemblement Fillon ; Bien vu et discours intéressant »

« Le rassemblement de Fillon, prouve que les Français veulent un président, pas un Charlot ; M. Macron un peu jeune, il doit murir ; M. Hamon !!! pas crédible le FN !!!!!!!!!! »

« L’enthousiasme des personnes au Trocadéro ; la force du soutien à Fillon »

« Discours de Fillon au Trocadéro ; le candidat est plus solide que les médias ne le souhaitent »

« Succès », « Rassurant », « Très bien », « Se maintient contre vents et marées »

 

Alain Juppé le responsable

 

Parler, enfin, de François Fillon revient à évoquer… Alain Juppé. Sans regret net de la part des proches des Républicains. Ils semblent plus avoir entendu le fait qu’au nom de l’unité il ne se présentait pas qu’avoir identifié le fond du message émis. Une forme de logique est perçue derrière le renoncement d’Alain Juppé.

 « Désistement », « Renoncement », « Jette l’éponge »

 « Abandon de Juppé ; Il n’avait pas le choix » ;

« Juppé se retire définitivement ; logique » ;

« Juppé dit non au plan B ; il était obligé de refuser. Les Français n’ont pas choisi ce candidat aux primaires donc c’est clair que c’est un mauvais choix… »

 

Si la situation d’un point de vue électoral n’est pas réjouissante pour l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy, elle aurait pu être pire. Et il s’avère qu’il est parvenu à « redresser la barre » en modifiant le regard des proches des Républicains à son égard. Ces derniers se mettent – bien plus que par le passé – à opter pour les arguments développés par le candidat.

Emmanuel Macron a-t-il un programme ?

 

La question ne se pose pas en l’état pour nos interviewés. Reste qu’il n’est pas tant fait état de celui-ci. Effet d’agenda probablement mais il n’est pas évident que l’attente exprimée par le passé a été satisfaite. On remarquera, d’ailleurs, que les références à Emmanuel Macron sont plus faibles que par le passé.

 

Les sympathisants LR poursuivent leurs critiques des médias et du gouvernement qui protègeraient Emmanuel Macron

« L’affaire Fillon ; Affaire montée par les médias pour nuire à la candidature de la droite au profit de Macron, lynchage médiatique d’où l’interrogation pourquoi cette affaire sort-elle justement maintenant ? »

« Ralliements à Macron ; le bal des arrivistes »

« Macron ; on ferait bien de s’occuper de ses casseroles mais il est socialiste donc protégé »

« Macron ; profite du désagrément causé aux autres »

 

On voit donc ici que ce n’est pas tant le programme qui – aujourd’hui – participe de l’explication de la dynamique Macron mais plus de la perception d’un mouvement en sa faveur.

 

Retrouvez l’analyse sur http://compol2017.com/

 

Share

  • Affaire Fillon
  • Cahuzac
  • Denis Baupin
  • En Marche
  • Fillon
  • fillongate
  • François Fillon
  • Hollande
  • Les Républicains
  • LR
  • Macron
  • Parti socialiste
  • Pénélopegate
  • Proxem
  • ségolène royal
  • Trocadéro