En vacances, les Français continuent de suivre l’actualité

« Vacances j’oublie tout ! ». Cette rengaine de 1982 laisse entrevoir que les Français « couperaient » totalement pendant l’été. Et que leur attention se limiterait à leur carré de plage, la météo du jour ou encore à l’apéritif du soir à venir. Le format des émissions de radio, télévision ou encore des journaux s’allégeant, la place consacrée à la politique et aux informations se réduisant, on pourrait penser que les Français zapperaient ce qui relève des informations ne les touchant pas dans le cadre de leur confort quotidien. Il n’en est rien. Remarquons, déjà, que la consommation d’information télévisuelle ne s’effondre pas en juillet et août. Notons également, que tous les Français – loin s’en faut – ne partent pas en vacances. Gardons à l’esprit, enfin, que la multiplicité des sources participe à la diffusion de l’information et pas toujours la plus légère.

Pour commencer notons que les Français, lorsqu’on leur pose une question tout à fait ouverte, répondent avec la même intensité entre le 1er le 15 août qu’à la fin juin. Cette question, qui ne suggère rien et qui les invite à indiquer, par écrit, ce qui les a marqués dans l’actualité, pourrait être considérée comme sans fondement pour les Français, mais obtient des réponses nettes.

Ainsi la semaine dernière, en pleine trêve estivale, les Français parlent en premier lieu du Président et de sa femme. Non pas d’un point de vue people. Mais politique. Autour de la question du statut. Où l’on peut voir d’ailleurs que ce sujet les amène à en lier certains avec d’autres. Ainsi, par exemple, le vote sur la moralisation de la vie politique (et l’interdiction pour les députés d’employer des proches) est mis en regard avec les moyens débloqués en faveur de la femme du Président.

 

1

De même, les Français auront remarqué la baisse d’Emmanuel Macron dans les sondages et relateront cette désaffection. Ils parleront de Neymar (pour se féliciter de sa venue et surtout s’affliger des sommes en jeu), des incendies, mais également de sujets « santé » comme les œufs contaminés voire internationaux (comme le Vénézuela).

On aurait tort, ainsi, de considérer que l’été entraînerait une mise à distance totale à l’égard de l’actualité. Même celle éloignée, même celle qui pourrait apparaître légère est perçue et restituée par les Français. En 2012, déjà, les Français avaient commencé à émettre des doutes quant à la prise de conscience par François Hollande des enjeux inhérents à sa fonction. Ces interrogations n’ont jamais véritablement pu être levées dans le cadre du quinquennat. D’où l’importance à accorder aux « signaux faibles ». Ou persistants. Comme celui des APL. Où les Français ne considèrent pas (pour leur immense majorité) que les bénéficiaires seraient des privilégiés et que cette mesure symboliserait une politique inégalitaire. En août les Français cherchent à se reposer. A se changer les idées. Mais restent des Français : intéressés par l’actualité, intéressés par la politique, intéressés par les signes donnés par nos dirigeants et les politiques publiques déployées.

 

Jean-Daniel Lévy

 

Share

  • actualité
  • Emmanuel Macrob
  • loi sur la moralisation de la vie politique
  • Neymar
  • vacances