La perception de l’eau du robinet par les Français

Étude réalisée dans le cadre du 17ème Carrefour des gestions locales de l’eau

Enquête réalisée en ligne du 12 au 14 janvier 2016. Échantillon de 1 005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

À l’occasion du 17 ème Carrefour des gestions locales de l’eau, qui se tiendra à Rennes les 27 et 28 janvier 2016, et à la demande d’IDEAL Connaissances, Harris Interactive a réalisé un sondage sur la perception de l’eau du robinet par les Français. Cette enquête visait principalement à mesurer la confiance exprimée par les Français envers l’eau du robinet et à identifier les freins qui pourraient les dissuader de consommer cette eau.

Quels sont les principaux enseignements de cette enquête ?

eau-robinet-sondage-Harris-1

  • Trois Français sur quatre (76%) déclarent avoir confiance lorsqu’ils boivent l’eau du robinet, tandis qu’une personne sur quatre affirme au contraire ne pas se sentir en confiance. La confiance des Français envers l’eau courante est donc largement majoritaire, mais elle reste néanmoins nuancée: seul un tiers des personnes interrogées (33%) va jusqu’à affirmer faire « tout à fait confiance » à l’eau courante, tandis que 43% indiquent seulement lui faire « plutôt confiance ».

 

  • Plus précisément, la confiance envers l’eau du robinet est particulièrement prononcée (au moins 80%) parmi les hommes, les personnes âgées de 65 ans et plus et les plus diplômées, tandis qu’elle est légèrement plus mesurée (moins de 70%) parmi les femmes, les 50-64 ans et les personnes les moins diplômées.

 

  • Parmi différentes raisons qui pourraient les dissuader de boire l’eau du robinet, les Français accordent un poids tout particulier à une éventuelle alerte des pouvoirs publics: 91% des personnes interrogées déclarent que cela les dissuaderait de boire l’eau courante, dont 70% affirment même que cela les dissuaderait « tout à fait ».
    Les Français se fieraient davantage à une annonce publique qu’à leur propre ressenti. Ils sont en effet un peu moins nombreux à déclarer qu’ils seraient dissuadés par une odeur ou un goût étrange : 87% seraient certes dissuadés, mais seulement une personne sur deux « tout à fait dissuadée ».

 

  • Les autres freins à la consommation d’eau du robinet, dépendant davantage du niveau d’information sur la qualité de l’eau, sont moins cités: 64% seraient dissuadés par la peur de polluants, 58% par l’absence de confiance dans les traitements, 45% par l’absence de filtre en sortant du robinet et 39% par la présence de calcaire. À chaque fois, moins d’une personne sur trois se dit « tout à fait dissuadée » par ces différents aspects.

 

  • De façon transversale, les femmes déclarent davantage qu’elles seraient dissuadées par chacun de ces freins. De même, les personnes les moins diplômées (inférieur au Bac) se déclarent davantage affectées par leur méfiance à l’égard des traitements et des filtres, ou encore par la présence de calcaire.

En savoir plus

la note détaillée

Le rapport

 

  • eau
  • français
  • IDEAL Connaissances
  • robinet