À 6 mois de sa mise en œuvre, comment les Français anticipent-ils le prélèvement à la source ?

Un sondage Harris Interactive pour YCE Partners

Enquête réalisée en ligne du 12 au 14 juin 2018. Échantillon de 1 001 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

À la demande de YCE Partners, cabinet de conseil spécialisé en protection sociale, Harris Interactive a réalisé une étude interrogeant les Français sur l’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, à partir du 1er janvier 2019.

 

Quels enseignements retenir de ce sondage ?

  • Les Français expriment un a priori positif sur le prélèvement à la source, qu’ils qualifient spontanément de « bonne chose », « plus pratique » et « plus simple » que le modèle actuel. Pour autant, ils se déclarent inégalement informés sur cette future réforme. De façon générale, 58% des personnes interrogées (et 64% des contribuables concernés) estiment être bien informées. Dans le détail, seuls 30% connaissent tous les types de revenus concernés par le prélèvement à la source. Certes, le basculement des salaires est bien identifié (82% le connaissent). Mais seulement 1 Français sur 2 s’attend à ce que les rentes des produits d’épargne-retraite (47%), les indemnités en cas d’arrêt de travail (51%) ou les indemnités chômage (55%) soient concernés par le prélèvement à la source. Quand 45% se déclarent bien informés sur les conditions d’imposition des revenus de « l’année blanche » 2018.

 

  • Ce niveau d’information fluctue fortement selon les catégories de population. De façon transversale, les hommes, les actifs à temps plein, les salariés, les personnes disposant de revenus élevés et les contribuables déclarant leurs revenus sur Internet semblent mieux informés que la moyenne. À l’inverse, les femmes, les travailleurs non-salariés ou en temps partiel, les familles ayant plusieurs enfants à charge et les contribuables déclarant leurs revenus via l’imprimé fiscal se déclarent moins bien informés.

 

  • Parmi ceux qui se souviennent avoir eu accès à des informations spécifiques (que ce soit au moment de leur déclaration de revenus 2017 ou en fréquentant le site Internet dédié), plus de 7 personnes sur 10 estiment que cela leur a permis de bien comprendre le prélèvement à la source. Mais au final, 19% des actifs occupés affirment avoir reçu des informations de la part de leur employeur, quand 11% des Français ont le sentiment d’avoir été informés par leurs organismes sociaux.

 

  • Par conséquent, l’attente d’informations est forte : tous jugent important d’en recevoir sur les multiples facettes du prélèvement à la source (interlocuteur, prise en compte des crédits/réduction d’impôts, choix du taux de prélèvement, etc.). Les Français dans leur ensemble attendent surtout des informations de la part des organismes sociaux (53%), même si les salariés se tournent en premier lieu vers leur employeur (56%). Le fait d’expliquer aux citoyens les changements suscités par le prélèvement à la source apparaît d’ailleurs comme la première condition de réussite de sa mise en place (92% prioritaire).

 

  • Qu’ils aient déjà officialisé leur choix ou pas encore, les contribuables déclarent plutôt s’orienter vers le taux personnalisé individuel (49%) voire du foyer (28%) pour leur prélèvement à la source. Seuls 15% privilégient le taux neutre, au sujet duquel des doutes subsistent : seulement 56% des Français estiment que cette modalité permet de garantir la confidentialité des revenus vis-à-vis de l’employeur.

 

Télécharger le rapport

Share

  • chômage
  • impôt sur le revenu
  • pensions
  • prélèvement à la source
  • rentes
  • salaire
  • YCE Partners