Les patients diabétiques : des héros discrets du quotidien, au travail comme dans leur vie personnelle

Fabienne Goron, Research Director - Département Santé / Myhue Joncour, Chargée d’études Senior - Département Santé / Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique & Opinion / Sophie Labat, Directrice de Clientèle - Département Santé

À l’occasion de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre 2017, Harris Interactive a interrogé, pour Roche Diabetes Care France, un échantillon[1] de patients (atteints de diabète de type 1 et de type 2) et de Français pour mieux comprendre et appréhender leur perception du diabète, qui touche aujourd’hui plus de 3 millions de Français.

diabetes-article-harris-interactive

Globalement, les patients diabétiques déclarent plutôt bien vivre leur maladie au quotidien. Ils semblent s’accommoder de leur diabète, au quotidien, avec une relative maîtrise, et ne veulent pas gêner le quotidien des autres en leur parlant des difficultés liées à leur maladie. Une différence existe pourtant entre patients atteints de diabète de type 1 et patients atteints de diabète de type 2 : le quotidien est millimétré pour le patient de type 1, alors que le patient de type 2 a plus de latitude dans la gestion de la maladie.

article-diabete-harris-interactive-roche-4

Cependant, la distinction entre diabète de type 1 et diabète de type 2 n’est pas toujours si marquée, et l’insulinodépendance est un critère déterminant. Ainsi, en matière d’organisation et de relationnel, les contraintes sont perçues de façon similaire par les patients diabétiques de type 1 et les patients diabétiques de type 2 lorsqu’ils sont sous insuline.

article-diabete-harris-interactive-roche-5

Le type de diabète n’en reste pas moins déterminant, même si les différences sont plus ou moins marquées selon le critère considéré. Ainsi, à l’affirmation « Être diabétique c’est être organisé et prévoyant », 82% des patients diabétiques de type 1 et 68% des patients diabétiques de type 2 répondent par la positive.
Quant à l’affirmation « Être diabétique, c’est devoir se justifier auprès des autres », 44% des patients de type 1 et 24% de type 2 la jugent pertinente. , quand les personnes atteintes de diabète de type 1 pensent que le diabète a un fort impact dans la sphère professionnelle avec un score de 56%, les diabétiques eux-mêmes pondèrent ce score à 27%. Dans la sphère professionnelle, l’écart s’agrandit entre les deux types de patients, puisque nous obtenons des scores de 51% et 19% respectivement.

article-diabete-harris-interactive-roche-6

Les patients considèrent, dans une large majorité, que les traitements actuels permettent de bien vivre avec le diabète (85% des patients de type 1, et 68% des patients de type 2). Mieux, quel que soit leur type de diabète et quel que soit le type de traitement (traitements oraux ou injectables) les patients sont près de 90% à se considérer comme très bons observants. Dans les faits cependant, les patients atteints de diabète de type 2 sont bien moins observants en matière d’autosurveillance glycémique.

article-diabete-harris-interactive-roche-7

Cliquer ici pour lire l’article  » Le diabète aux yeux des Français : une maladie familière et grave « 

Cliquer ici pour lire l’article  » Le diabète aux yeux des Français : une maladie familière, mais mal connue et mal comprise « 

[1] 400 patients (100 patients atteints de diabète de type 1, et 300 patients atteints d’un diabète de type 2) ont répondu à un questionnaire de 10 minutes en ligne. 500 individus (échantillon national représentatif sexe, âge, région, CSP issu du panel Harris) ont répondu au questionnaire « Grand public » (terrain réalisé entre le 21/09/2017 et le 06/10/2017).

Share

  • diabète
  • diabète de type 1
  • diabète de type 2
  • insulinodépendance
  • Journée mondiale du diabète
  • Roche Diabetes Care France